Jean Dujardin : cinq oscars pour The Artist

Partager :

« Ouah, putain, génial, merci ! » C’est en français que Jean Dujardin a laissé éclater sa joie en obtenant l’oscar du meilleur acteur comptant parmi les 5 statuettes reçues par The Artist.

JPEG - 30.3 ko

Cinq oscars dont les plus prestigieux pour Jean Dujardin. C’est la seulement première fois que la plus haute distinction du cinéma revient à un comédien français dans la catégorie « meilleur acteur » (Charles Boyer en 1943, et Maurice Chevalier en 1959 avaient reçu un oscar à titre honorifique - NDRL -).

« I love your country », a déclaré Dujardin en montant sur la scène du Kodak Theatre de Los Angeles, après que Bérénice Bejo lui eût traduit dans le creux de l’oreille le discours préliminaire de Natalie Portman.

Quand l’actrice a annoncé « the oscar goes to Jean Dujardin », il a bondi comme un enfant. Si l’on excepte ses jurons, sa déclaration fut sobre et de bon goût. Malin, Dujardin rendit hommage à Douglas Fairbanks : « En 1929, la cérémonie des Oscars durait 15 minutes, cela a changé depuis ! », a-t-il raconté. Dujardin a remercié son épouse Alexandra Lamy, qui a fondu en larmes. Toute l’équipe de The Artist l’a gratifié d’une standing ovation.

Michel hazanavicius : « I have an oscar ! »

Cet oscar a couronné une soirée fastueuse pour The Artist, qui a raflé cinq statuettes : meilleurs costumes, meilleure musique originale, meilleur réalisateur, meilleur acteur et meilleur film. « I have an oscar ! », s’est écrié le réalisateur Michel Hazanavius en s’emparant de son trophée, que convoitaient également Martin Scorsese, Woody Allen et Terrence Malick. Hazanavicius est également le premier français récompensé dans sa catégorie.

À la fin de la cérémonie, devant toute l’équipe du film réunie sur la scène - y compris le chien tenu en laisse par Jean Dujardin - il a rendu un hommage appuyé à sa compagne Bérénice Bejo, repartie sans l’oscar du meilleur second rôle féminin. « Tu es l’âme de ce film », lui a-t-il lancé. Avant de s’adresser directement à ses enfants, restés à Paris : « Il va bientôt être six heures du matin en France : allez vous coucher maintenant ! ». Le maître de cérémonie, Billy Crystal, observait la joie des Français avec amusement : « La France entière doit être en train de marcher sur la tête », s’est-il exclamé.

Seul Hugo Cabret, le film de Martin Scorsese, un autre hommage au cinéma, a pu rivaliser avec The Artist, en obtenant également cinq oscars.

La ravissante Meryl Streep a décroché l’oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans La dame de fer. « Je sais que la moitié de l’Amérique va se dire ’encore elle !’, mais bon je suis là ! ».

George Clooney a bu la tasse

George Clooney est le grand perdant de la soirée. Battu par Jean Dujardin pour l’oscar du meilleur acteur, il a vu les statuettes défiler sous son nez. S’en doutait-il ? Sur le tapis rouge, il avait lâché un énigmatique : « J’espère avoir l’oscar de la meilleure chanson originale… ».

Jean Dujardin, lui, avait donné le ton en esquissant quelques pas de danse, comme au festival de Toronto. L’atmosphère de la soirée fut joyeuse. Billy Crystal a réveillé l’assistance. Il a du métier. Ses numéros sont connus, mais ils sont toujours aussi efficaces. Quand il s’amuse à deviner les pensées des acteurs et actrices présents dans la salle, tout le monde rigole. De même quand il moque l’âge moyen des votants : 62 ans. De l’humour, il y en eut même dans les discours de remerciements. En s’adressant à sa statuette, l’oscar du meilleur acteur dans un second rôle, Christopher Plummer, 82 ans, déclara : « Tu n’as que deux ans de plus que moi. Mais où étais-tu passée pendant toute ma vie ? »

Grâce à une pose sculpturale ...

Lire la suite sur Le figaro.fr

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?