Alcoolorexie : manger moins pour boire plus

Partager :

Pour rester minces et faire un peu plus la fête, certaines jeunes femmes sautent les repas au profit de l’alcool. Ce comportement se répand de plus en plus en France.

JPEG - 45.7 ko

Tout droit venu des Etats-Unis, ce phénomène de l’alcoolorexie a été dénoncé par l’Université du Missouri qui y a consacré une étude publiée en fin 2011.

D’après les auteurs de l’article, 16% des étudiantes américaines sautent régulièrement les repas dans le but de pouvoir boire pendant les soirées arrosées tout en gardant la ligne. Les professionnels affirment aussi que certaines d’entre elles choisissent de faire la diet pour pouvoir ressentir plus rapidement et plus durablement l’ivresse. D’ailleurs, elles seraient trois fois plus nombreuses que les hommes à adopter cette attitude dangereuse.

Les conséquences de ce régime sur les femmes sont plus virulentes que sur la gent masculine

De nombreuses institutions européennes tirent la sonnette d’alarme sur l’augmentation de la consommation excessive d’alcool chez les jeunes : La proportion de jeunes consommateurs augmentent considérablement notamment chez les femmes pour qui les conséquences sont encore plus graves. En effet, celles-ci ne métabolisent pas l’alcool de façon aussi efficace que les hommes.

Selon le National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA) des Etats-Unis, les dames ont plus de tissus adipeux et moins d’eau dans leur organisme, ainsi qu’une quantité inférieure de l’enzyme essentielle à la métabolisation de l’alcool. C’est pour cette raison qu’elles en ressentent plus rapidement et plus longtemps les effets.

Le nombre d’adeptes à l’alcoolorexie suit le même chemin que l’anorexie et l’alcoolisme. Il augmente avec l’âge.

Manger moins pour picoler plus peut entraîner des problèmes cognitifs à court et à long terme, dont des difficultés à se concentrer, à étudier et à prendre des décisions.

Pris à jeun, l’alcool est plus toxique car il se diffuse plus rapidement dans l’organisme que lorsqu’il est consommé au cours d’un repas. C’est une consommation à risque qui peut déclencher un phénomène d’hépatite.

L’hépatite alcoolique peut rester silencieuse pendant des années. Lorsqu’elle se manifeste, certaines cellules du foie sont déjà détruites. C’est la nécrose.

A long terme, les dégâts causés par l’alcool sont irréversibles. Les capacités intellectuelles sont définitivement amoindries.

La quantité d’alcool à ne pas dépasser pour ne courir aucun risque est de deux verres par jour pour les hommes et un pour les femmes.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?