Abdoulaye Wade/Macky Sall : l’affiche officiel du second tour

Partager :

L’opposant Macky Sall a appelé les Sénégalais à « parachever l’alternance démocratique » en l’élisant le mois prochain.

JPEG - 40.2 ko

Tandis que le Sénégal est entré dans des "tractations d’entre-deux-tours", comme titrait mercredi le quotidien « Le Populaire », l’ancien Premier ministre qui a mis en ballottage son ex-mentor Wade, a donné sa première conférence de presse depuis le premier tour de dimanche. Au cours de celle-ci, il a invité ses compatriotes à parachever le processus pour une nouvelle alternance démocratique au second tour qui devrait avoir lieu le 18 mars prochain.

En estimant ainsi que le scrutin a été transparent, l’ancien Premier ministre a néanmoins appelé à la vigilance et au rassemblement au second tour, où devrait se jouer la transition. « Nous ne sommes pas pour autant à l’abri de la confiscation de la volonté populaire », a-t-il averti. Macky Sall a promet également un gouvernement d’ouverture et des « mesures de réduction des prix des produits de première nécessité », comme le riz, l’huile et le sucre.

Sur le plan des institutionnels, la candidature du président Wade a été jugée inconstitutionnelle par l’opposition. Macky en Sall profité pour proposer de ramener le mandat présidentiel de sept ans actuellement à cinq ans et qu’il ne soit renouvelable qu’une seule fois, « réforme qu’il s’appliquerait s’il était élu », assure-t-il.

Alors que la pression monte chez Abdoulaye Wade, le bilan du premier tour l’affiche en tête du premier tour le 26 février avec notamment 942.546 voix (34,82%), contre 719.369 voix à Macky Sall (26,57%), qui devance Moustapha Niasse, également ex-Premier ministre de Wade avec 357.347 voix (13,20%), a indiqué mercredi soir le président de la Commission nationale de recensement des votes (CNRV), le magistrat Demba Kandji, dans une déclaration à la presse. La participation au premier tour du scrutin s’est élevée à 51,58%, en nette baisse par rapport aux 70% de la présidentielle de 2007, selon M. Kandji.

La situation de psychose généralisée étant donné, Abdoulaye Wade se voit donc obligé de changer d’urgence sa stratégie. Une grosse désillusion lorsque l’on sait que l’octogénaire déclarait déjà être « sûr » de l’emporter au premier tour, en référence à l’année 2007, où il avait été élu avec plus de 50% des voix. Pour ce second tour, Abdoulaye Wade ne dispose guère de réserves de voix, exceptées celles puisées dans les quelque 48% d’abstentionnistes du premier tour ou venant d’hypothétiques ralliements. Théoriquement, Macky Sall peut, quant à lui, compter sur les reports de voix de la plupart des autres candidats, membres comme lui du Mouvement du 23 juin (M23, coalition de partis d’opposition et d’organisations de la société civile).

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?