Afghanistan : 50 morts et 145 disparus dans une avalanche

Partager :

Ces personnes "présumées mortes", sont portées disparues, emportées par une avalanche dans le Badakhshan, une province montagneuse et enclavée du nord-est de l’Afghanistan.

JPEG - 15.7 ko

L’hiver qui sévit dans cette région est exceptionnellement rude. Et selon les indications de l’ONU ce samedi, « Cette tragédie est probablement la première d’une longue série dans un avenir proche. Les fortes chutes de neige ne provoqueront pas seulement des avalanches mais aussi, dans quelques semaines, des inondations sévères dans de nombreux endroits du pays », a commenté Michael Keating, coordonateur humanitaire de l’ONU, dans un communiqué rendu public ce samedi. L’avalanche, provoquée par le redoux après de jours de fortes chutes de neige, a enseveli dimanche Dispay, un hameau appartenant au village de Shirin Nazem, dans lequel vivent 199 âmes, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’Onu (OCHA).

Des images filmées par la chaîne afghane Tolo news, diffusées samedi soir, montraient des maisons en pierre ensevelies sous la neige, ainsi qu’une dizaine de cadavres alignés et recouverts d’un drap blanc. Et l’on pouvait apprendre ainsi d’un porte-parole du gouvernement local, que 56 personnes étaient mortes dans l’avalanche survenue selon lui lundi dernier. L’hiver 2012 est le plus rude auquel l’Afghanistan ait été confronté depuis quinze ans au moins. Plus de 90 décès liés aux conditions climatiques ont été dénombrés dans le seul Badakhshan, selon un décompte de l’AFP, dont 35 enfants morts de pneumonie en deux jours fin février. La fondation Aga Khan, le Programme alimentaire de l’ONU et l’ambassade des Etats-Unis ont fourni de la nourriture aux familles touchées par la catastrophe. En dépit de l’accès par hélicoptère qui n’est pas non plus possible car il y a un risque fort de provoquer de nouvelles avalanches. Par contre, du fait d’infrastructures défaillantes, l’accès à Dispay est possible par la route uniquement depuis le Tadjikistan voisin, même s’il a été fortement gêné par le fait que les routes étaient bloquées par la neige, indique-t-on du côté de l’OCHA.

Et si les inondations que causera à coup sûr la fonte des neiges se produiront dans un cadre tout aussi défavorable, les habitants des villages environnants et des policiers essaient tout au mois autant qu’ils le peuvent, de sortir de possibles survivants. Mais les principales équipes de secours n’ont pas été capables jusqu’ici d’arriver au village, selon le chef du conseil provincial, Zabiullah Atiq, rencontré par l’AFP. D’après l’ONG IMMAP, spécialisée dans l’analyse de données et la cartographie, "15% de la population afghane et 22% des peuplements risquent fortement d’être frappés par des inondations ce printemps". IOM mentionne "un fort risque de nouvelles avalanches en raison de l’élévation des températures" ces derniers jours et des "chutes de neige prévues la semaine prochaine". En retrouvant les dépouilles de tous les disparus recensés, l’avalanche de Dispay serait la troisième plus meurtrière au monde depuis 1995.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?