Bruxelles : La zone euro reporte sa décision sur le renforcement de son pare-feu

Partager :

Sous la pression de l’Allemagne, la zone euro va reporter sa décision sur le renforcement de son pare-feu contre la crise de la dette et annuler un sommet prévu vendredi prochain.

JPEG - 34.4 ko

Le sommet des dirigeants de la zone euro prévu le 2 mars a été annulé en raison des réticences de l’Allemagne à discuter des moyens alloués au Mécanisme européen de stabilité (MES). De sources européennes, "Les Allemands ne sont pas prêts", a confié un responsable gouvernemental européen sous couvert d’anonymat. La chancelière Angela Merkel est d’avis sur le fond avec une telle décision. Pour elle, « le moment n’est pas venu ». La décision sera sans doute prise plus tard en mars, apprend-t-on, de ce responsable, laissant la porte ouverte à un nouveau sommet.

Une discussion des 17 dirigeants de la zone euro n’est pas exclue jeudi prochain. Toutefois, a indiqué une source diplomatique Aucune décision n’est à attendre ; d’autant plus qu’au départ, le président de l’Union européenne, Herman van Rompuy avait prévu de réunir les 17 dirigeants de la zone euro pour un déjeuner vendredi au dernier jour du sommet européen qui se tient jeudi et vendredi, à Bruxelles. Objectif : la réévaluation de la taille du futur pare-feu de la zone euro, le MES.

Pour rassurer les marchés sur leur capacité à éviter une contagion de la crise, la zone euro —à l’exception de l’Allemagne— souhaite combiner la capacité de prêts du fonds de secours temporaire, le Fonds européen de stabilité financière (FESF), avec celle du MES (500 milliards d’euros en théorie). Cela permettrait d’obtenir une force de frappe d’environ 750 milliards d’euros. Mais Berlin dit vouloir en rester à 500 milliards et fait barrage sur ce dossier, pour ménager son opinion publique et certains députés de moins en moins enclins à venir à la rescousse des pays de la zone euro en difficulté. Alors que les députés du Bundestag ont approuvé lundi le second programme d’aide à la Grèce, il est donc difficile pour la chancelière Angela Merkel de demander de revoir à la hausse l’enveloppe du fonds de soutien de la zone euro. Et l’on en veut pour preuve de ses crispations : les juges suprêmes allemands ont déclaré mardi illégale une mini-commission du Bundestag censée statuer sans débat public sur le sauvetage de l’euro, compliquant encore un peu la donne.

La politique budgétaire, dont relèvent les décisions sur l’euro qui engagent l’argent public allemand, « est de la responsabilité du Bundestag tout entier », estime le président de la cour, Andreas Vosskuhle. Mais de l’avis du président du Parlement européen, l’Allemand Martin Schultz, Berlin finira par se ranger à la majorité. « Au final Angela Merkel est toujours prête à faire le nécessaire (pour aider la zone euro, ndlr). Mais toujours au final. Ce serait mieux si elle faisait le nécessaire au début », a-t-il affirmé dans un entretien au Spiegel Online ce mardi.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?