Crise au Mali : Aqmi menace la France et le sort de ses otages détenus au Sahel

Partager :

JPEG - 56.1 ko

Dans un message publié sur un site mauritanien, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a reproché mercredi 19 septembre à la France d’avoir appelé à “envahir” le Nord du Mali. L’organisation terroriste a assuré que cela risquait d’aboutir à “la mort des otages” français et à “davantage de malheurs” pour la France.

Dans un message adressé aux familles des quatre otages enlevés en 2010 à Arlit au Niger, l’organisation terroriste Aqmi reproche au gouvernement français d’avoir appelé à “envahir le pays des musulmans maliens”.

“Cette initiative folle n’aura pas seulement pour conséquence la mort des otages, mais noiera la France tout entière dans les marécages de l’Azawad (Nord du Mali), ce qui aura pour conséquence pour elle et pour son peuple davantage de malheurs et de drames”, menace l’organisation. Paris souhaite appuyer logistiquement une éventuelle intervention, mais est soumis à des pressions contraires de ses alliés. Le président Burkinabè et médiateur de la Cedeao dans la crise malienne, actuellement à Paris, à déclaré mercredi 19 septembre sur France 24 que les conditions posées par Bamako pour une intervention de l’organisation ouest-africaine, dont l’absence de soldat au sud du pays, la rendait “impossible”.

Tombouctou, Gao et Kidal, les trois régions administratives du nord du Mali - sont occupées depuis plus de cinq mois par différents groupes alliés d’Aqmi. Pour imposer la charia (loi islamique), ils multiplient ils multiplient les exactions.

Négociation ?

Aqmi commence toutefois son message par une proposition de négociations et, pour la première fois, s’adresse directement aux familles des quatre Français - salariés du groupe nucléaire français Areva, qu’elle retient en otages depuis deux ans.

“Nous annonçons, via ce communiqué, notre disponibilité aux négociations”, ont déclaré les islamistes, qui ajoutent : “c’est le gouvernement français qui a fermé la porte aux négociations et continue de mettre en danger la vie de vos fils”.

“Nous attendons de votre gouvernement qu’il fasse le premier pas, juste en prenant contact avec nous, afin de pouvoir tenir ses dernières promesses et assurances aux familles”, dit encore l’organisation. Les familles des otages n’ont pas souhaité “réagir à chaud” au message, selon leur porte-parole, Mireille Blain. “J’attends”, a le grand-père de l’otage Pierre Legrand.

Le 13 septembre, pendant qu’il recevait les familles des otages français, François Hollande leur avait assuré que “tout était fait avec la plus grande détermination” pour obtenir la libération des otages enlevés au Niger, de même que celle de deux autres Français enlevés au Mali fin 2011, également aux mains d’Aqmi.

C’est le site mauritanien Saharamedias, généralement très bien informé sur les activités des groupes islamistes armés au Mali, qui a publié le message. Il a déclaré avoir “authentifié” le message auprès de ses réseaux.

Le 8 septembre, ce site avait publié une vidéo datée du 29 août qui avait prouvé que les Français enlevés au Niger étaient encore en vie.

Lire la suite sur jeuneafrique.com

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?