Gendarmes tuées dans le Var : ce que l’on sait de l’affaire

Partager :

JPEG - 115 ko

Les deux victimes, des femmes âgées de 29 et 35 ans, ont été tuées par balles dans le village de Collobrières. Un suspect, déjà connu des services de police, a été interpellé et a reconnu être l’auteur des coups de feu.

Une première dans la gendarmerie. Deux femmes gendarmes ont été tuées par arme à feu dimanche soir à Collobrières alors qu’elles étaient en service. Le suspect interpellé a reconnu les faits. Où est l’enquête sur leur mort ? L’Express fait le point.

Un cambriolage qui tourne mal

Selon les premiers éléments de l’enquête, les deux gendarmes en poste à la brigade territoriale de Pierrefeu, dans le Var, intervenaient seules, vers 23h, dans le village de Collobrières, blotti dans l’arrière-pays de Hyères. Les deux femmes tentaient de mettre fin à un différend qui aurait débuté dans la journée.

Au coeur du conflit : un banal vol de sac à main intervenu dimanche après-midi. La victime de ce larcin, croyant découvrir l’auteur après l’avoir croisé dans la journée avec un sac lui appartenant, aurait prévenu les gendarmes, qui se seraient présentées au domicile du suspect et se seraient retrouvées prises au piège.

L’homme incriminé aurait en effet assommé à coups de pieds une des militaires avant de lui prendre son arme, un “Sig sauer pro” 9 mm alimenté par une dizaine de munitions, précise Le Figaro, et de l’abattre, a priori de plusieurs balles en plein visage, dans son appartement. Il aurait ensuite poursuivi la seconde gendarme et l’aurait tuée en pleine rue, de plusieurs balles dans le dos, sur une placette du village alors qu’elle tentait de fuir.

Selon une source proche du dossier, le tireur “était alcoolisé” et aurait pris la fuite, à pied, avec sa compagne.

Qui est le suspect interpellé ?

Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 3h, un suspect est interpellé avec sa compagne qui est soupçonnée d’avoir joué un rôle actif dans le meurtre des deux militaires.

Entendu par les enquêteurs ce lundi après-midi, l’homme passe aux aveux. Selon le procureur de la République de Toulon lors d’une conférence de presse, il a reconnu être l’auteur des coups de feu mortels.

Le suspect se prénome Abdallah Boumezaar. Né en 1982 il est décrit comme un colosse et serait déjà connu des services de police. D’après Var Matin, l’homme serait en effet passé mercredi 13 juin devant le tribunal correctionnel de Toulon pour “violences commis sur un ascendant” après s’en être pris violemment à sa mère. La victime aurait expliqué à la barre : “Mon fils devient fou dès qu’il boit de l’alcool.” Sur Europe 1, elle l’a qualifié de “violent et malade”.

Le site du quotidien régional précise qu’il était sous le coup de l’application d’une peine plancher de deux ans ferme. Condamnation finalement écartée par le tribunal au profit d’une peine mixte : six mois avec sursis, une mise à l’épreuve et une obligation de soins. Echappant ainsi à la prison de peu. Il avait ensuite été remis en liberté avec une interdiction de se présenter au domicile de sa mère.

Orginaire de la cité Berthe, il aurait également été condamné en 2002 à trente mois de prison ferme pour trafic de drogue, ajoute Var Matin.

Un témoin raconte

Au micro de RTL, un témoin qui a assisté à l’exécution de la deuxième gendarme raconte la scène d’horreur. Alors qu’il fermait ses volet, l’homme a entendu “oh non pas ça !” “et” “au secours” avant d’identifier sept coups de feu : “quatre coups en face sur la dame (...) et trois coups dans la rue à côté. Et quand le monsieur a fini de tirer le troisième coup, il s’est enfui dans la rue juste à côté”, témoigne Jérémy.

L’homme raconte avoir attendu quelques minutes avant de descendre voir s’il pouvait aider la victime “Je suis descendu, au cas où s’il y avait besoin d’aide. Mais il n’y avait plus rien à faire.”Lire la suite sur lexpress.fr

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?