“ Je serai le président de tous ”

Partager :

JPEG - 6 ko

Explosion de joie, festival d’émotions, embrassades, poignées de main chaleureuses, discours, la voix éraillée du président élu en disait long sur le marathon qu’aura été cette campagne, la splendeur du moment qu’il passait et la ferveur de ses millions partisans.

La crise financière aura été le leitmotiv de la campagne du président plus que jamais sortant, c’est encore la crise financière fait de Nicolas Sarkozy le 11ème dirigeant de la zone euro déchu depuis 2008. Il restera sans aucun doute un dirigeant qui aura compté pour la France. Il a promis de redevenir un “ Français parmi les Français ”, un Français normal donc.

Pour lui succéder François Hollande qui ne veut pas s’arrêter d’être normal en accédant à la présidence de la république française. Il ne va pas s’appuyer sur ses seuls 52% (résultats partiels) pour mener à bien les (douze) travaux de géant qui l’attendent. Que ce soit pour nettoyer les écuries d’Augias qu’est “ le monde de la Finance ”, pour tuer l’hydre de Lerne qu’illustre le déficit public annuel de la France qui est de l’ordre de 100 milliards, pour étouffer le lion de Némée qu’est le chômage, etc., c’est à de véritables exploits que le président élu est tenu.

La roue tourne

Sarkozy parti, Fillon, c’est fini ! En attendant la passation de pouvoirs qui aura probablement lieu le 15 mai prochain, la désignation du nouveau Premier ministre est très attendue. Qui de Martine Aubry, Michel Sapin, Manuel Valls formera avec Hollande son premier gouvernement ?
François Hollande avait promis d’associer au pouvoir la majorité la plus large, formée de tous les bords politiques qui lui auront accordé leur soutien, la réalisation de cette promesse ne sera pas une sinécure. Tant ils sont nombreux les socialistes “ pure laine ” qui attendent depuis dix ans et réclament davantage qu’un strapontin dans le prochain gouvernement socialiste.

Le compte à rebours est enclenché, dans cinq ans Hollande, qui a gagné des électeurs par des discours mais doit encore conquérir la France par ses actes, n’aura aucune excuse. Ce sont ses excuses éventuellement qui le laisseront sur le carreau, Nicolas Sarkozy en sait quelque chose. C’est depuis le 06 mai, à 20 heures, que les Français jugent leur président élu. Les réjouissances auront été brèves parce que la France est là qui l’attend, avec ses multiples défis.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?