La Suisse adopte une nouvelle politique extérieure en la matière

Partager :

Le Conseil fédéral a donné vendredi dernier son accord à une nouvelle politique extérieure en matière de santé, qui entrera en vigueur le 15 mars 2012.

JPEG - 17.6 ko

Elle fixe des priorités thématiques et réglemente la collaboration entre les offices fédéraux dans la santé mondiale. Elle, c’est bien cette politique qui vise à redonner une autre dimension à la santé en Suisse. Pour pouvoir être à la hauteur des défis actuels dans ce domaine, on voit d’un trait : la lutte contre les pandémies, la prévention et le traitement des maladies non transmissibles (cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires, maladies chroniques des voies respiratoires). De plus, il est aussi question à travers cette nouvelle réforme, de révolver l’épineux problème la pénurie mondial de personnel de santé. La révision de la politique extérieure en matière de santé et son adoption formelle par l’ensemble du Conseil fédéral permettront de renforcer et d’élargir son assise institutionnelle.

Cette politique définit d’une part des objectifs (mesures nécessaires pour les atteindre) et, d’autre part, les instruments de la collaboration entre les offices concernés de l’administration fédérale. Désormais, les acteurs extérieurs à la Confédération (cantons, chercheurs, société civile, industrie, prestataires de santé) y seront davantage impliqués. Dans cette décision de vendredi, des priorités sont mises dans de nombreux domaines, notamment pour ce qui est de la coopération avec l’Union européenne (UE) en matière de santé et de protection des consommateurs, le renforcement du rôle de l’OMS, ainsi que la recherche scientifique touchant aux problèmes de santé dans le monde, le développement de la ville de Genève comme capitale mondiale de la santé et l’amélioration des soins sur le plan national et local, au travers de réformes structurelles dans le cadre de la coopération au développement.

le Conseil fédéral entend aussi à travers cette adoption, favoriser le développement d’une position cohérente de la Suisse dans les enceintes internationales chargées des questions sanitaires et, autant que possible, créer des synergies. Il est conscient des atouts de la Suisse, dont le système de santé est l’un des meilleurs au monde (ce que le rapport de l’OCDE/OMS sur la question, paru en octobre 2011, a confirmé une fois de plus). Notre pays peut également s’enorgueillir d’abriter des instituts de recherche de pointe et une industrie médicale et pharmaceutique novatrice. Toutes ces ressources, et la part active qu’elle prend à l’aide au développement, renforcent la crédibilité de la Suisse dans le domaine de la santé mondiale.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?