Le Japon : hommage rendu aux victimes du tsunami du 11 mars 2011

Partager :

Les Japonais se sont inclinés ce dimanche, pour rendre hommage aux milliers de victimes du séisme et du tsunami qui ont ravagé il y a un an les côtes nord-est de l’archipel.

JPEG - 33.7 ko

Dans la majeure partie du pays, la vie s’est figée à 14H46 (05H46 GMT), pour une minute de silence à l’instant précis où un violent séisme de magnitude 9 survenu dans l’océan Pacifique a secoué le nord-est de l’archipel le 11 mars 2011, déclenchant des vagues de plusieurs dizaines de mètres sur la côte. Des cloches et des sirènes ont retenti un peu partout dans le pays pour appeler la population au recueillement. A Tokyo, lors d’une cérémonie officielle organisée au Théâtre National en présence de l’empereur Akihito, de son épouse Michiko et des membres du gouvernement, quelque 1.200 invités ont entonné l’hymne national, avant de se recueillir, la tête inclinée, à la mémoire des victimes.

Sur la scène, au milieu d’une immense gerbe de chrysanthèmes ont été dressée une unique stèle en bois dédiée aux morts et aux disparus. L’empereur, à peine remis d’un pontage coronarien, s’est incliné devant le parterre de fleurs, avant de prononcer une courte allocution retransmise par les télévisions. Se préoccupant aussi du sort des survivants, Akihito a déploré que la reconstruction rencontre de nombreuses difficultés dans les provinces dévastées et en partie contaminées par les rejets radioactifs de la centrale Fukushima Daiichi, gravement accidentée après le passage du raz-de-marée. « Je voudrais exprimer mon espoir que le Japon redevienne un pays où les gens peuvent vivre avec un sentiment de sécurité », a-t-il affirmé
Le Premier ministre, Yoshihiko Noda, a quant lui, à promis de tout faire pour reconstruire les zones ravagées et transmettre la mémoire de cette tragédie aux générations suivantes. Dans les régions frappées par le pire désastre enduré par le Japon depuis la guerre, des milliers de bougies ont été allumées à la mémoire des victimes. Dans le port d’Ishinomaki, qui a terriblement souffert, les sirènes annonçant l’arrivée d’un tsunami ont également retenti à 14H46, pour marquer l’instant où il y a un an la première secousse a ébranlé la ville, avant qu’elle ne soit submergée par des vagues immenses qui ont fait près de 4.000 morts.

A Tokyo, d’autres manifestations antinucléaires ont été organisées devant le siège de la compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco), opérateur de la centrale de Fukushima, et au parc Hibiya. A cause de la triple catastrophe, plus de 340.000 personnes vivent depuis un an hors de chez elles, parfois dans des conditions très précaires. Le traitement des quelque 22 millions de tonnes de déchets accumulés dans les trois préfectures les plus dévastées (Miyagi, Iwate, Fukushima) n’avance pas, en raison du manque de lieux d’incinération et de la hantise de la radioactivité.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?