Mohamed Morsi prete serment

Partager :

JPEG - 33.6 ko

Mohammed Morsi est le premier islamiste à prendre les rennes du pouvoir en Egypte, le premier à occuper cette fonction à n’être pas issu des rangs de l’armée. Pour autant le bilan de la révolution est pour le moment plus que mitigé. La preuve, l’annonce de sa prestation de serment ce samedi devant la haute cour constitutionnelle a été émaillée d’une polémique avec l’armée, qui a fait craindre le pire.

La révolution a certes fait “dégager” Hosni Moubarak et, avait-on cru en se basant sur les apparences, l’armée du pouvoir. Mais il n’en est rien dans le fond, puisque Ahmed Shafiq, qui a été battu au second tour, est commandant de l’armée de l’air, était soutenu par l’armée, et était d’ailleurs le dernier premier ministre d’Hosni Moubarak.

Mohamed Morsi : félicité par tous, mais redouté par beaucoup
Dès son premier discours en tant que nouveau président égyptien, dimanche 24 juin, Mohamed Morsi, premier islamiste élu à la magistrature suprême avec 51,74% des voix, a promis de renforcer les relations avec l’Iran, ennemi intime d’Israel.

“Il y a désormais à la tête de l’Egypte, confiait à l’AFP le député Binyamin Ben Eliezer, ancien ministre de la Défense et proche d’Hosni Moubarak, un homme qui n’a jamais caché son hostilité à Israël”.

Outre cela le Hamas palestinien fait partie de la confrerie des Frères Musulmans, c’est dire si le nouveau pouvoir Egyptien procèdera forcément à la remise à plat de toutes les conventions avec l’Etat hébreu. Le soir de son election, le nouvel homme fort de l’Egypte s’est néanmoins présenté comme le “president de tous les Egyptiens” au soir de son election, il y a beaucoup d’incertitudes liées aux relations historiques qui s’étaient nouées du temps du rais avec l’Etat hébreu au detriment du people palestinien.

Il n’y aura plus en Egypte de dictature de l’armée, il n’y aura pas non plus de dictature de l’Islam, il risque en revanche d’y avoir un peu des deux. En effet l’Armée a, dans l’entre-deux tours de la présidentielle cavalièrement modifié la constitution. Elle a “dissous le Parlement et s’est octroyé une partie des pouvoirs, notamment législatifs, limitant ainsi les pouvoirs du prochain président.” (Le Monde)

Depuis la chute de Moubarak, l’Egypte était dirigée par l’Armée, depuis l’élection de Mohamed Morsi, elle est dirigée par Les Frères Musulmans, les regimes autoritaires n’aiment pas avoir de visage. De là à dire que le peuple s’est fait voler les fruits de ses “dix-huits jours glorieux” de janvier-février 2011, il y a une distance que seul le temps pourra éclairer. Les chantiers de la revolution sont immenses.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?