New Delhi : la loi sur le port du casque met en péril la vie des femmes

Partager :

Alors que la loi rend le port du casque obligatoire pour les hommes, les femmes peuvent s’en passer, et mettre leur vie en danger.

JPEG - 24.4 ko

Certains observateurs estiment que cette loi n’est que le triste reflet des valeurs patriarcales de la société indienne où les garçons sont préférés aux filles, avançant que l’on considère donc la femme inférieure à l’homme et que sa vie vaut moins que le "sexe fort". Pour des femmes telles que Priya Mahindroo, les considérations restent toutefois d’ordre esthétique et à moins que la loi l’oblige à porter un casque, elle continuera à laisser ses cheveux flotter au vent sur les routes parmi les plus dangereuses au monde. Car, « Le casque défait ma coiffure », argumente-t-elle en arrivant à son lieu de travail, un immeuble du centre de la capitale. Et de poursuivre : « Je ne porte pas de casque parce que j’ai l’impression de suffoquer quand j’en mets un, ça me tient chaud, donc je ne pense pas vraiment à la sécurité », avoue-t-elle.

La loi fédérale de 1988 sur les véhicules motorisés stipulait que les conducteurs de deux-roues devaient porter un casque mais elle a provoqué un tollé parmi la communauté sikh qui y a opposé des arguments religieux. Faisant valoir l’interdiction religieuse de porter tout couvre-chef autre qu’un turban, les sikhs ont ainsi été exemptés. Le gouvernement de l’Etat de New Delhi a ensuite décidé qu’il était impossible de distinguer une femme sikhe (qui ne porte que rarement le turban) d’une non-sikh et elle a rendu le port du casque optionnel pour toutes les femmes.

A New Delhi, où les imprudences et l’alcool au volant sont monnaie courante, 64 femmes ont été tuées en 2010 dans des accidents impliquant des deux-roues et 50 l’an dernier, en 2011. Près de 134.000 personnes ont donc été tuées dans des accidents de la route en Inde en 2010, soit près de 370 par jour, selon les données les plus élevées au monde du Bureau national du crime. Pour un médecin de l’hôpital public AIIMS, « il ne fait aucun doute que la loi a un impact sur le nombre d’accidentées de la route. On nous amène tous les jours des personnes souffrant d’un grave traumatisme crânien, en particulier des femmes et des enfants », rapporte Sanjeev Bhoi au confrère de l’AFP. Pour ce dernier, juste pour leur propre protection, les femmes doivent mettre un casque. Cela les protège elles même mais aussi leurs familles

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?