Parrainages anonymes : Marine Le Pen déboutée

Partager :

Les noms des élus parrainant les candidats à l’élection présidentielle en France continueront à être rendus publics. Le Conseil constitutionnel a refusé mardi l’anonymat des 500 signatures d’élus nécessaires pour concourir à la présidentielle.

JPEG - 18.6 ko

Une décision qui va à l’encontre du Front Nationale, de CAP-21 et du parti chrétien-Démocrate qui s’étaient joints à la demande de la candidat frontiste de rétablir l’anonymat des parrainages.

"Au total, le Conseil a rejeté les griefs tirés de la méconnaissance du principe du pluralisme des courants d’idées et d’opinions et du principe d’égalité devant la loi. Il a jugé conforme à la Constitution le cinquième alinéa du paragraphe 1 de l’article 3 de la loi du 6 novembre 1962", annoncent les "Sages" dans un communiqué.

Selon les sages "en instaurant une telle publicité, le législateur a entendu favoriser la transparence de la procédure de présentation des candidats à l’élection présidentielle", et la publicité "est conforme à la Constitution".

Interrogé sur BFMTV, Louis Alliot, le numéro deux du Front National annonce 410 promesses de signatures. Il déplore « le manque de courage » de la décision des Sages. « La majorité des élus locaux, la majorité des Français était favorable à l’anonymat », affirme-t-il.

Les 42 000 élus habilités à parrainer un candidat recevront les formulaires officiels de présentation de candidat, à partir de la semaine prochaine. La date limite fixée par le Conseil constitutionnel pour le dépôt est prévue le 16 mars.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?