Pourquoi le néo nazisme devient-il tendance en Grèce ?

Partager :

JPEG - 32.9 ko

Depuis la percée historique des néo-nazis au parlement grec en mai dernier, le parti Aube Dorée s’est senti une légitimité, qu’il a voulu conforter par une mesure populiste, xénophobe, raciste et aux relents hitlériens : l’ouverture à Athènes d’une épicerie interdite à tous ceux qui n’ont pas du sang de la cité dans leurs veines.

L’épicerie solidaire caresse dans le sens du poil les électeurs les plus défavorisés et instaure une hiérarchie d’appartenance à la nationalité grecque, en parlant de “grecs de souche”, comme par eugénisme social.

Avec la crise financière et économique, assiste-t-on en Europe à une crise des valeurs, où la xénophobie augmente en proportion inverse de la dégradation de la situation économique, malgré la mise sous perfusion de la Grèce depuis 2009. Ne faut-il pas à l’Europe un gendarme moral, ne convient-il pas de tracer des limites à ne pas franchir à peine d’inéligibilité à des fonds d’aide ? Les Etats qui se portent bien et sont réputés pour leur climat social sain ne vont pas financer sans broncher l’antisémitisme et le racisme d’autres Etats en crise.

“L’heure de la peur a sonné”

Alexia Kefalas, la correspondante de France 24 et du Figaro en Grèce qui soutient les néo nazis, avait donné froid au dos aux téléspectateurs de C Dans L’air, en disant que le parti grec d’extrême-droite est “avant tout connu comme étant un groupe qui passe à tabac les immigrés dans les rues d’Athènes, qui ont nettoyé les places des vieux quartiers d’Athènes où des personnes âgées habitent et qui avaient peur de sortir de chez elles et qui maintenant se sentent rassurés. Il y a tellement eu de ratonnades dans ces quartiers que désormais, les immigrés ont peurs et laissent tranquilles tout le monde. Les racailles ne sont plus sur la place, plus sur les aires de jeux. L’Aube dorée a non seulement nettoyé les quartiers, mais quand quelqu’un se fait voler son sac, ou quand un propriétaire se fait squatter son appartement, il n’appelle plus la police, il appelle Aube Dorée. Et non seulement ils nettoient l’appartement des immigrés, mais ils le repeignent, changent la serrure et le reloue à tout le monde”.

Que peut l’Europe pour prévenir en son sein la montée des extrémismes ? Qu’a-t-elle essayé ? En laissant aux Etats membres trouver des solutions particularistes à un danger aussi global, ne va-t-on pas vers des solutions palliatives qui s’attaqueront aux symptômes tout en laissant intactes les racines du mal ?

Des concertations ont eu lieu au sujet de la prévention du racisme et des discours de haine… Elles ont été formalisées notamment par la décision-cadre 2008/913/JAI du “Conseil sur la lutte contre certaines formes et manifestations de racisme et de xénophobie au moyen du droit pénal. Sont-elles restées lettre morte dans les Etats membres ? Il faut aller plus vite plus loin, pour éviter un effet domino à l’échelle de l’Europe.

A l’issue des dernières législatives grecques de mai 2012, les deux grands gagnants du scrutin étaient la formation de gauche radicale, Syriza, que l’on sait opposée au memorandum d’accord avec les bailleurs de fonds du pays. Syriza est ainsi devenue la deuxième force politique du pays, et le parti néonazi Chryssi Avghi (Aube Dorée) a fait, lui, une entrée en force au parlement, pour la première fois.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?