Présidentielle : Rama Yade a dit son dernier mot

Partager :

Sans aucune surprise au final, l’actuelle vice-présidente du Parti radical dont le président, Jean-Louis Borloo a rallié Nicolas Sarkozy, votera pour celui-ci à la prochaine élection présidentielle. Elle a annoncé son choix ce week-end.

JPEG - 18.5 ko

Rama Yade qui a été longtemps considérée comme un “haut potentiel” au sein de l’UMP puis du gouvernement Sarkozy avait refusé en mars, de se joindre à une motion de soutien du Parti radical au président candidat.

Aujourd’hui, elle dit avoir “ longuement réfléchi” et s’explique dans une interview à Ouest France : “ Mon premier choix était Jean-Louis Borloo mais il n’est plus candidat (...) Etant engagée à droite, et souhaitant la victoire de ma famille politique, je voterai donc pour le candidat de la droite et du centre.” L’ex-secrétaire d’Etat souligne toutefois qu’elle n’est “pas une ralliée, mais une alliée” du président.

“Par ce choix, je me positionne d’abord contre le candidat socialiste. Je ne me priverai pas de dire quand je ne serai pas d’accord. Je conserverai mon indépendance et ma liberté” , a t-elle ajouté. “ Vous ne me verrez pas faire la béni-oui-oui, et dire des éléments de langage. Le rôle de caution ne m’intéresse absolument pas” , assure la vice-présidente.

Dans sa justification, l’ancienne benjamine du gouvernement considère que Nicolas Sarkosy a envoyé “quelques signaux” aux centristes et radicaux “sur la rénovation urbaine, la fiscalité”. Mais cela ne constitue pas “un virage social, juste un effort de rééquilibrage dont on nous dit qu’il se poursuivra” . “Mais le temps presse. Et je suis inquiète. Où sont les réserves de voix ?”, ajoute-t-elle. “Sarkozy ne monte pas vraiment, c’est le candidat socialiste qui baisse sous la pression de Mélenchon dont les électeurs, n’en doutez pas, se reporteront sur le candidat socialiste comme un seul homme”. “Je ne crois pas qu’un homme sans expérience ministérielle et internationale, qui ne décide rien, puisse diriger un pays en pleine crise. On ne peut pas confier le pays à quelqu’un dont l’art de la synthèse confine à la mollesse”. “Mon choix est de me positionner d’abord contre le candidat socialiste, le candidat shamallow”, rassure-t-elle encore.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?