PSA va supprimer 8000 postes en France

Partager :

Peugeot Citroën a annoncé jeudi 12 juillet son intention de supprimer 8 000 postes sur ses sites français face à la dégradation du marché automobile européen, et de fermer son usine de production d’Aulnay-sous-Bois en 2014. En plus des 3 000 emplois que représente actuellement l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), PSA compte supprimer 3 600 emplois de structure - administration, recherche et développement et commerce - par départs volontaires, et 1 400 emplois dans son usine de Rennes (Ille-et-Vilaine).

JPEG - 18.8 ko

Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, a promis jeudi que “personne ne sera laissé au bord du chemin”. “Nous sommes conscients de nos responsabilités au cœur du tissu industriel français”, a ajouté M. Varin lors d’une conférence de presse en marge d’un comité central d’entreprise extraordinaire.

Dans un communiqué, le constructeur automobile affirme qu’il “s’engage à proposer une solution à son problème d’emploi à chaque salarié d’Aulnay”, avançant le chiffre de 1 500 reclassements, “essentiellement à Poissy”, et affirme qu’“un nombre comparable de salariés se verrait proposer des postes dans le bassin d’emploi d’Aulnay grâce aux actions de reclassement externe”. Le groupe ne donne pas de chiffres détaillés de reclassements internes pour l’usine de Rennes, mais évoque un “redéploiement des effectifs”.

Le groupe PSA Peugeot Citroën a par ailleurs annoncé jeudi qu’il avait enregistré une perte nette au premier semestre dont le montant n’a pas été précisé, plombé par les mauvaises performances de sa division automobile. Le constructeur français s’attend à une perte opérationnelle courante de l’ordre de 700 millions d’euros pour sa branche automobile à cause d’une dégration de la conjoncture, selon un communiqué. Il table à présent sur une baisse du marché européen dans son ensemble de 8 % cette année et de 10 % en ce qui le concerne.

Cette décision représente un véritable coup de tonnerre dans l’industrie automobile hexagonale, où la dernière fermeture de site - Renault Billancourt - remonte à vingt ans. “La fermeture d’Aulnay est anticipée par les marchés, PSA devra fournir un plan détaillé qui ne se contente pas de cette fermeture, mais qui va plus loin”, précisait la semaine dernière Philippe Houchois, analyste du secteur chez UBS. L’action du goupe a ouvert en hausse de 1,4 % à la Bourse de Paris. Lire la suite sur lemonde.fr

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?