Sénégal : le combat s’intensifie entre Wade et Sall

Partager :

En prélude à l’élection présidentielle du 25 mars prochain, les deux candidats en lice se battent chacun pour glaner la majorité de suffrages.

JPEG - 22 ko

Ce vendredi, le président-candidat, Abdoulaye Wade, et son ex-Premier ministre Macky Sall, ont tenté de faire basculer, chacun dans son camp, les derniers électeurs, toujours indécis sur le choix à porter. Le dernier jour de la campagne présidentielle a été marqué par un ferme engagement autant chez le président sortant que chez son ex-mentor. L’ultime journée de campagne ayant pris fin à minuit, Abdoulaye Wade en a pourtant profité pour organiser "une balade, dite de la victoire" à la tête d’une caravane de véhicules dans les rues de Dakar.

Macky, lui, a tenu un grand rassemblement en banlieue à Diamalaye, devant des milliers de personnes et en présence de plusieurs des douze candidats battus au premier tour du 26 février qui, tous, ont décidé de le soutenir suivant le mot d’ordre "Tout sauf Wade". Parmi ceux-ci, figurait le célèbre chanteur You N’Dour. A cette occasion, « Notre pays a besoin d’un projet novateur pour asseoir définitivement une démocratie moderne. N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui annoncent le chaos après eux », a lancé M. Sall. Ce dernier, dans un discours toujours éloquent a également souligné que « la défaite du président Wade est inévitable, nous n’accepterons pas qu’il confisque les suffrages des Sénégalais. Notre victoire est là, manifeste, massive et nationale », a-t-il affirmé. Non sans conseiller au chef de l’Etat sortant de renoncer à toute tentative de sabotage et de confiscation de la victoire qui plongerait notre pays dans le chaos.

Et si de toute évidence, ou en se reférant au programme de chaque candidat, l’une des priorités de pour le futur président élu sera de tenter de régler le conflit en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion indépendantiste depuis 30 ans, l’on aura tout compte fait remarqué que la campagne du président Wade a d’abord jeudi dernier, été marquée par une visite à Thiès (ouest ). Ici, le président sortant a appelé son ex-fils spirituel, Idrissa Seck, à le rejoindre. « Macky Sall est un apprenti sorcier qui n’a pas assimilé ses cours… », a-t-il dit, (cité par l’Agence de presse sénégalaise —APS, publique—). Abdoulaye Wade était arrivé en tête au premier tour avec 34,81% contre 26,58% pour Macky Sall. Et ce dimanche 25 mars 2012, sera sans doute un autre jour.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?