Sénégal : Quel bilan de campagne pour les présidentiables ?

Partager :

La campagne électorale débutée le 5 février au Sénégal a pris fin hier vendredi 24 février à minuit.

JPEG - 16.4 ko

Une campagne sans doute riche et accélérée pour Abdoulaye Wade. Qui certainement, s’est vu secouer par un certain, Macky Sall. Au début, ce dernier faisait partie des huit candidats ayant affirmé le plus solennellement du monde qu’ils feraient campagne commune contre la candidature controversée d’Abdoulaye Wade. Trois jours plus tard, l’ancien allié du président sortant rompait le pacte et pour mener tout seul sa propre campagne. Une rupture vécue comme une trahison par les autres candidats. Depuis, Macky Sall s’est livré à un périple à travers l’ensemble des 45 départements du Sénégal. Fort de l’expérience de la campagne victorieuse de 2007 (alors directeur de campagne de Me Wade), Sall a tracé sa route sur celle de son ex-mentor. Il a visité Touba (la ville sainte des mourides), la Casamance, Saint-Louis... avec notamment des arrêts dans les plus petits villages, où, ses discours ne mettaient guère plus de dix minutes. Sall a également tenu des meetings jusqu’à trois heures du matin, tout en prenant soin, de multiplier les visites aux chefs religieux et coutumiers.

Un de ses proches ne s’en cache pas : « Nous avons calqué notre campagne sur celle de Wade en 2007. L’idée était de traverser le plus de villages pour toucher le plus de monde ». Ce n’est pas un hasard si sa caravane, à plusieurs reprises, a croisé celle de Wade. Le président sortant, lui, a fait taire les critiques. Ses opposants le disaient fatigués, incapable, à près de 86 ans, de mener une campagne agressive. Ils ont vite déchanté. Dès le premier jour de la campagne, quand ses adversaires ne réunissaient pas plus de 1 000 partisans à Dakar, « Gorgui » prenait un bain de foule à Mbacké, au centre du pays.

Cependant certains de ses meetings n’ont pas attiré les foules. D’autres ont carrément fait un bide. « On est loin de l’engouement de 2007 », analyse un journaliste qui a suivi ses deux campagnes. Mais le bilan, au final, est « satisfaisant », estime l’entourage du président sortant selon l’un de ses porte-paroles, Serigne Mbacké Ndiaye, Wade a tenu 43 meetings et 62 « marches bleues » (des caravanes qui consistent à s’arrêter dans les villages et à rendre visite aux chefs traditionnels) en vingt jours. Les quatorze candidats à la présidentielle sénégalaise ont occupé le terrain, chacun selon ses stratégies

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?