Somalie : Une Britannique libérée après plus de six mois de détention

Partager :

Judith Tebbutt, otage dans ce pays depuis son enlèvement début septembre 2011 avec son mari, a été libérée.

JPEG - 43.8 ko

Son avait été tué dans un village de vacances au Kenya. Elle, a retrouvé sa liberté hier mercredi 21 mars 2012. La Britannique est arrivée à Nairobi en se disant « en forme malgré plus de six mois de captivité », dans un entretien réalisé peu avant sa libération par la chaîne britannique de télévision ITV. « Mon état est aussi bon qu’on peut l’espérer. Ma santé est bonne. Je dors très bien ici. J’ai été malade trois fois en sept mois. A chaque fois, j’ai eu des médicaments presque immédiatement et ça s’est résolu », a-t-elle expliqué. Elle a en outre, indiqué ne pas avoir été torturée, mais a reconnu avoir vécu des moments très durs psychologiquement.

« Nous pouvons confirmer qu’elle est dans un endroit sûr au Kenya », a simplement déclaré mercredi après-midi à l’AFP le porte-parole de la représentation britannique dans la capitale kényane, John Bradshaw. Judith Tebbutt, âgée de 57 ans, avait été enlevée dans la nuit du 10 au 11 septembre dernier dans un village de luxe du nord de la côte kényane. Se rendant dans ce pays en proie de guerre en septembre 2011, cette femme originaire sud de l’Angleterre, avit pour compagnie, son époux David et leur fils. Tous avaient été pris par les rebelles, mais le fils lui a pu être libéré. Son père dont l’époux de Judith Tebbut, avait été tué alors qu’il tentait, semble-t-il, de résister aux ravisseurs. Le couple était seuls clients du complexe touristique, dans un « bungalow », à une quarantaine de km au sud de la frontière somalienne et à une cinquantaine de km au nord de l’île kényane de Lamu. A la BBC, elle a révélé, des sanglots dans la voix, n’avoir appris la mort de son époux que deux semaines après son enlèvement, lors d’un entretien téléphonique avec son fils Oliver.

Un responsable local des forces de sécurité fait savoir sous couvert d’anonymat, que de l’argent a été versé. Pour un accord qui a été trouvé au cours du week-end", annonce l’AFP. Mais de son côté, un porte-parole du Premier ministre britannique David Cameron affirme que « payer des rançons ne faisait pas partie de la politique du gouvernement britannique ».

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?