Soudan : 150 soldats tués dans des combats à la frontière

Partager :

Les rebelles soudanais ont annoncé mardi avoir tué 150 soldats de l’armée régulière lors de combats le long de la frontière disputée avec le Soudan du Sud dimanche.

JPEG - 21.2 ko

L’armée soudanaise a démenti ce bilan et affirme avoir plutôt tué « un nombre très important » de rebelles lors de ces combats que Khartoum accuse le Soudan du Sud d’avoir organisés, menaçant Juba d’une riposte. Ces morts sont survenues dimanche, lors d’une "attaque surprise" contre la base militaire de Jau, a déclaré Arnu Ngutulu Lodi, porte-parole du SPLM-N, la branche Nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), les ex-rebelles sudistes. Dimanche dernier, les soldats ont dit avoir mené une première attaque, avec le Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM), groupe rebelle du Darfour, à Jau, dans une région riche en pétrole où la frontière n’a pas encore été clairement définie.

Les rebelles ont recensé les cadavres au sol, a-t-il ajouté à l’issue de cette attaque au cours de laquelle ils ont pris trois chars et des centaines d’armes et de véhicules. Mardi, ils ont dit avoir repris l’avant-poste d’El-Ahmier, qu’ils avaient pris mi-janvier puis perdu au profit de l’armée, dans cette région où les autorités restreignent l’accès des humanitaires et des journalistes. Selon le porte-parole des forces armées soudanaises, Sawarmi Khaled Saad, ces déclarations d’avancées ne sont pas avérées. Il affirme que les combats s’étaient déroulés à Jau seulement, et non à Taruje ni à El-Ahmier, situé à 30 km au sud-est de Kadugli, la capitale de l’état soudanais du Kordofan-Sud. Selon lui, "les forces armées soudanaises nettoient en ce moment la zone".

A Khartoum l’on apprend plutôt que l’attaque à Jau (territoire du Soudan du Sud) a été menée par des rebelles dirigés par des officiers sud-soudanais, à 6 km à l’intérieur des terres du Nord, en violation d’un traité de non-agression signé il y a deux semaines, se réservant le droit de répliquer. Depuis l’été 2011, de violents combats opposent l’armée soudanaise et le SPLM-N au Kordofan-Sud et au Nil Bleu, deux Etats limitrophes du Soudan du Sud où Khartoum cherche à asseoir son autorité depuis la partition en juillet. Selon l’ONU, ces combats affectent directement 360.000 personnes et la famine menace.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?