Syrie : acharnement de l’armée sur Idleb en pleine visite de Kofi Annan à Damas

Partager :

L’armée syrienne a pris d’assaut samedi (hier) la ville rebelle d’Idleb après l’avoir violemment bombardée, malgré la présence à Damas de l’émissaire international Kofi Annan.

JPEG - 42.5 ko

Kofi Annan a exprimé sa "profonde préoccupation" devant la répression sanglante de la révolte populaire en Syrie. L’annonce par des militants de l’assaut sur Idleb (nord-ouest) assiégée depuis des jours par l’armée, est survenue après des déclarations du président Bachar al-Assad. Déclarations dans lesquelles, ce dernier excluait devant M. Annan toute solution politique à la crise avant l’élimination des "groupes terroristes", en allusion aux opposants.

En effet selon le président de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, les transports de troupes sont entrés à Idleb alors que les bombardements et les combats se poursuivaient entre soldats et rebelles qui tentaient de défendre leur cité. L’escalade des violences a fait 62 morts selon une ONG syrienne au premier jour de la mission à Damas de M. Annan. Ce dimanche, l’émissaire des nations-Unies doit à nouveau rencontrer M. Assad, dont le régime, sans contestation, manifeste toujours la détermination à mater la population dans le sang. M. Abdel Rahmane a dans en ce qui le concerne, fait état d’au moins 15 civils tués, de dizaines de blessés et de 150 arrestations à Idleb, haut lieu de la contestation visé depuis l’aube par les bombardements les plus violents depuis l’envoi de renforts militaires en début de semaine. Idleb, ville situé dans cette province montagneuse et frontalière de la Turquie, et que l’armée menaçait déjà d’attaquer et de la faire plier selon les militants, après avoir pris le 1er mars Baba Amr, quartier anti-régime de Homs (centre) commence ainsi à vivre petit à petit, son cauchemar de dévastation, par ce weekend sanglant. « Au moins 21 déserteurs et 19 soldats ont en outre été tués dans des combats dans la province d’Idleb » apprend-on de l’OSDH. Les sept autres civils tués ont péri quant à eux, dans d’autres localités du pays.

Recevant M. Annan, pour sa première visite à Damas depuis sa nomination en février comme émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe, M. Assad a martelé : « la Syrie est prête à faire réussir tout effort sincère pour trouver une solution à la crise ». Il en a donc profité pour avertir que « tout dialogue ou processus politique ne peut réussir tant qu’il y a des groupes terroristes qui œuvrent, dans le but de semer le chaos et déstabiliser, en s’attaquant aux civils et aux militaires », selon l’agence de presse officielle Sana.

M. Annan, lui a, pour sa part, exprimé sa profonde préoccupation à propos de la sanglante répression de la contestation. Selon un communiqué de l’ONU à New York, il a également fait plusieurs propositions pour mettre un terme aux violences qui ont fait quelque 8.500 morts depuis un an, en majorité des civils tués dans la répression, d’après l’OSDH. Signalons que, à en croire le patron de l’ONU, Ban Ki-moon, la mission de M. Annan soutenue par la communauté internationale et la Russie, a pour priorité « un cessez-le-feu immédiat, une solution politique globale et un accès et une aide humanitaires ».

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?