Un théâtre russe ridiculise Poutine

Partager :

Torse nu, Vladimir Poutine fantasme sur le corps de la gymnaste Alina Kabaïeva et abuse du Botox alors que son épouse Lioudmila se réfugie dans un monastère.

JPEG - 30.2 ko

Les rumeurs les plus folles de Moscou renaissent dans une pièce satirique et irrévérencieuse mise en scène dans la capitale. Le satire est inspiré d’informations plus ou moins fantaisistes et non vérifiées circulant sur internet et dans des tabloïdes, le spectacle est prévu davantage à être joué à guichet fermé dans un petit théâtre de Moscou (le Teatr.doc) avant la présidentielle du 4 mars dont l’homme fort du pays est le grand favori.

BerlusPoutine une pièce inédite. Une adaptation de l’œuvre de l’Italien Dario Fo, prix Nobel de littérature, intitulée “L’anomalo bicefalo”. Elle raconte ce qui aurait pu se passer si la moitié du cerveau de Silvio Berlusconi avait été greffée à Poutine après un accident. Respectant le concept du théâtre de rue de Dario Fo, chaque représentation réagit aux derniers événements politiques. Les spectateurs ont fait la queue sous la neige ces derniers jours pour regarder l’une des deux représentations consécutives dans le sous-sol du Teatr.doc, théâtre spécialisé dans des mises en scène politiques liées à l’actualité. Dans l’adaptation moscovite, l’ex-Premier ministre italien Silvio Berlusconi, grand ami de Poutine, est tué dans un attentat et la moitié de son cerveau est greffé à Poutine qui est blessé.

La pièce présente ainsi Poutine, toujours entrain de porter de faux muscles sur la poitrine, mais vidé de son Botox, son visage ressemble à Dobby, un elfe tout droit sorti du monde d’Harry Potter. Toute une caricature en somme. Le théâtre brise tout de même, un autre tabou : il glisse sur le terrain délicat de la vie privée du Premier ministre et candidat à un troisième mandat au Kremlin. Du coup, Vladimir Poutine fait preuve d’un libéralisme inédit, et assure in extremis, qu’il déteste le “parti des voleurs et des escrocs”, appellation donnée par l’opposition à son parti Russie unie, et il va jusqu’à se repentir de ses erreurs devant le Parlement. Le spectacle prend de l’allure. Et sans pouvoir se retenir, les spectateurs s’esclaffent, rient à profusion, surtout lorsque l’acteur qui interprète “Poutine mange des yeux”, puis caresse les images projetées sur le mur de la gymnaste Alina Kabaïeva agitant des rubans. Fascinés par l’audace du théâtre, les critiques comme le public s’interrogent sur l’avenir du spectacle, mais Varvara Faïer est optimiste : “On jouera ce spectacle tant que Poutine restera au pouvoir”, assure le metteur en scène, Varvara Faïer.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?