Valérie Trierweiler, la nouvelle première dame

Partager :

Femme de caractère, celle qui a joué un rôle central dans la campagne de François Hollande dit ne pas avoir défini son nouveau rôle de first lady.

JPEG - 27 ko

Elle connaît le monde politique pour l’avoir couvert comme journaliste, mais se sent moins à l’aise dès que les projecteurs sont braqués sur elle. Son rôle de première dame, Valérie Trierweiler dit ne pas l’avoir défini. Mais elle sait qu’elle continuera à travailler et s’adaptera.

Ce destin, cette élégante femme de 47 ans, style classique et cheveux châtain, dit que “ non, bien sûr ” elle ne l’avait pas prévu, quand elle a rencontré pour la première fois François Hollande il y a 23 ans. Et sa nouvelle fonction, elle admet ne pas en avoir une idée déterminée. “ Je n’ai pas trouvé l’école de première dame de France ”, expliquait-elle en janvier à la télévision Canal+. Mais cette journaliste, compagne d’un président qui se veut "normal", sait une chose : elle n’abandonnera pas son métier en mettant les pieds à l’Élysée. “ Être financièrement indépendante est pour moi fondamental ”, a-t-elle confié à la presse à plusieurs reprises.

Issue d’un milieu modeste

Longtemps, Valérie Trierweiler, issue d’un milieu modeste - père invalide, mère ouvreuse dans une patinoire de province à Angers (ouest), cinq frères et soeurs - est restée inconnue du grand public. Mais pas du monde politique : pendant plus de 20 ans, depuis qu’elle a décroché un diplôme en sciences politiques à la Sorbonne, elle a couvert la vie politique française pour l’hebdomadaire Paris Match. Lire la suite sur lepoint.fr

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?