Droit de vote des étrangers : divisions au PS, l’UMP en profite

Partager :

JPEG - 20.4 ko

A gauche, les avis divergents quant à la vitesse à adopter pour mettre en place cette mesure symbolique. La droite s’invite dans le débat.

Gouvernement et majorité ont fait entendre des voix dissonantes sur le droit de vote des étrangers, une promesse de François Hollande que des députés PS veulent "rapidement" concrétiser mais qui ne représente pas “une revendication forte” aux yeux de Manuel Valls.

Serpent de mer de la vie politique française depuis 1981, le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales risque de rester encore un sujet de débat en dépit de la promesse ferme du chef de l’Etat de l’instaurer.

Alain Vidalies, ministre des Relations avec le Parlement, a bien assuré lundi 17 septembre au soir que l’engagement présidentiel serait “tenu”. Mais il n’a pas précisé de calendrier. S’il n’a pas été inscrit à l’ordre du jour de l’automne au Parlement, c’est selon lui car “le calendrier parlementaire ne le permet pas” notamment en raison de la discussion budgétaire.
Pas une “revendication forte”

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, avait auparavant tempéré les ardeurs de son camp en faisant valoir dans “Le Monde” daté de mardi que ce n’était ni une “revendication forte dans la société française”, ni un “élément puissant d’intégration”.

Le ministre considère notamment que ce projet n’a plus “la même portée” qu’en 1981. Il met aussi en garde contre les conséquences d’un éventuel référendum, “pas seulement en termes de résultats mais aussi de déchirure dans la société française”. “Attention à la jonction droite-extrême droite sur ce sujet”, ajoute le ministre.

Ministre le plus populaire du gouvernement, Manuel Valls n’hésite pas depuis quatre mois à tenir des discours décomplexés sur la sécurité et l’immigration, ni à faire entendre sa petite musique, comme sur les récépissés destinés à lutter contre les contrôles de police au faciès. Au risque de semer le trouble jusque dans son propre camp.

Sur le droit de vote des étrangers, 75 députés socialistes, dont le Marseillais Patrick Mennucci, Razzy Hammadi, Christian Paul ou Christophe Caresche, sont montés au créneau en appelant dans une tribune dans “Le Monde” à une mise en oeuvre rapide de cette promesse de campagne ;

L’UMP s’engouffre dans la brèche

“A celles et ceux qui nous disent que c’est trop tôt, et qu’il faut prendre son temps, nous répondons que c’est en commençant maintenant que nous aurons la possibilité de prendre notre temps pour faire cette réforme” qui “ne se fera pas en un jour” car elle nécessitera une réforme de la Constitution, expliquent en particulier ces parlementaires. Lire la suite sur nouvelobs.com

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?