Emploi : les immmigrés broient du noir en France

Partager :

Selon une enquête de l’INSEE rendue public mercredi, le taux de chômage des immigrés d’origine africaine est trois fois plus important que celui des “français de souche”. Une inégalité due à plusieurs facteurs, mais dont une part reste “inexpliquée”.

JPEG - 15.3 ko

Les auteurs de cette enquête ont ainsi relevé que, plus de cinq ans après leur sortie du système scolaire, 11% des Français ayant des parents natifs de France sont au chômage, contre 29% des descendants d’immigrés d’Afrique, plus précisément “Immigrés et descendants d’immigrés en France”.

Les données détaillées de cette étude montrent que ce chômage touche endémiquement les immigrés africains. Les causes sont aussi diverses que profondes, c’est toute la société française qu’il faut interroger, au-delà de la conjoncture, des origines sociales, du niveau de vie, et des diplômes. Car les critères sociaux n’expliquent que partiellement cet état de fait, pourtant ils sont les seuls sur lesquels on puisse objectivement agir, en tant qu’il est possible de les mesurer.

La tendance est de recruter les “clones”

La relation mise en avant entre immigration et travail est un thème récurrent du débat social en France, un invariant des discours de la droite et de extrême-orientale, une constante des revendications des associations de lutte contre le racisme. Cela dit le racisme est un argument résiduel qu’il faut compléter par l’importance du networking et la tendance des recruteurs à ne retenir que les candidats qui leur ressemblent ou qui leur rappellent leurs salariés : clonage et réseautage comme sources de chômage ?

L’étude révèle aussi que les descendants d’immigrés se trouvent dans une “situation intermédiaire” parce qu’ils vivent “mieux que leurs parents mais moins bien que la population majoritaire” . Selon Inès Dauvergne de IMS Entreprendre pour la cité, “un réseau de grandes entreprises engagées dans la lutte contre les discriminations”, selon donc cette responsable citée par l’Express.fr, le “durcissement de la loi et […] la condamnation en justice des discriminations raciales, mais aussi […] l’évolution de la société française dans son ensemble” expliquent cette tendance qu’il faut accentuer et accélérer, pour davantage d’égalité et de fraternité.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?