Facebook a-t-il perdu la tête ?

Partager :

Faux bug, mais vraie panique hier, en fin d’après-midi, sur Facebook. Tout commence par des messages d’alertes postés sur Twitter.

JPEG - 106.7 ko

Une flopée d’internautes dénonce une grosse bévue sur le réseau social : des messages privés datant de 2008 à 2011 seraient désormais rendus publics sur le mur de certains utilisateurs. La nouvelle se répand comme une traînée de poudre, mais elle n’est pas dans l’immédiat confirmée par Facebook. En parallèle, les médias commencent à en parler.

Notamment le journal Metro qui publie le premier article sur le sujet. Le site du journal gratuit affirme avoir constaté “depuis 14h30 que des messages privés anciens, datant de 2007, 2008, et 2009, apparaissaient désormais directement dans la Timeline des utilisateurs”. Et de poursuivre : “il peut s’agir de messages en Inbox ou de conversations sur le chat interne à Facebook”. Dans la foulée, d’autres médias relayent l’info.

Facebook dément tout bug

Mais s’agit-il vraiment de messages privés ? Les internautes n’en démordent pas. Pourtant, vers 21h00, hier soir, Facebook sort finalement de son silence et dément toute faille dans la diffusion des données privées. “Un petit nombre d’utilisateurs ont fait part de leurs préoccupations concernant ce qu’ils ont pris par erreur pour des messages privés apparaissant sur leur journal”, déclare un responsable du groupe. “Nos ingénieurs ont étudié ces cas et constaté que ces messages étaient en réalité d’anciens messages postés sur les murs qui ont toujours été visibles sur les profils des utilisateurs. Facebook affirme qu’il n’y a aucune atteinte à la vie privée des utilisateurs”, a-t-il poursuivi.

Le gouvernement s’en mêle

Mais le doute persiste. À commencer au sein du gouvernement français qui réclame des comptes à Facebook. Et plus précisément sur la question de la confidentialité. Dans un communiqué, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et la ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprise, Fleur Pellerin, “souhaitent que des explications claires et transparentes soient apportées sans délais” aux Français. Ils veulent également connaître la nature exacte du problème. “S’agit-il d’une modification impromptue de la présentation des données qui a désarçonné les utilisateurs ? Ou y a-t-il eu rupture de confidentialité à travers la publication de messages privés ?”, s’interrogent-ils. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) va en tout cas être saisie pour faire la lumière sur ce buzz-bug supposé. Lire la suite sur elle.fr

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?