J.O 2012 : une diversité bien française !

Partager :

Riner, Azzedine ou encore Lacourt… C’est une équipe de France métissée qui va tenter de faire briller notre nation aux Jeux olympiques de Londres ! Une équipe qui reflète l’Identité nationale française, mise à mal ces dernières années avec la réapparition, en pleine crise économique, de thèses racistes et xénophobes.

Vendredi 27 juillet, 23H30, Londres. Le stade olympique de la capitale anglaise est plein à craquer pour la cérémonie d’ouverture des XVIIe Jeux olympiques de l’ère moderne ! Les délégations des quelque 205 pays présents, défilent les unes après les autres.

Vînt le tour de la France… Sur l’air d’un “Staying alive”, des Bee Gees. La ravissante porte-drapeau n’est autre que la guadeloupéenne Laura Flessel, six fois championne du monde d’escrime et double championne olympique ! A 40ans, l’épéiste, qui n’a pas pris une ride, s’est lancée un dernier challenge !

Sous l’œil bienveillant du Premier Ministre français, Jean-Marc Ayrault, elle représente l’ensemble des athlètes français. Parmi les plus populaires : le colossal judoka Teddy Riner ; le beau gosse des bassins Camille Lacourt ; l’excellent tennisman Jo-Wilfried Tsonga ; la ravissante sprinteuse Myriam Soumaré ou encore “le magnifique” handballeur Nikola Karabatic…

L’image est puissante : c’est une délégation colorée, cette fameuse France "black, blanc, beurre" de 1998, qui s’apprête à défendre notre pays durant cet événement sportif majeur. Leur mission : faire mieux qu’à Pékin en 2008. La France s’était hissée à la 10ème place, avec 41 médailles, dont 7 en or !

L’enthousiasme des 80.000 spectateurs du stade est au rendez-vous. Le sport “est la première religion mondiale”, affirme le sociologue El Yamin Soum [1]. D’ailleurs, plus d’un milliard de téléspectateurs dans le monde ont suivi cette grand-messe sportive, dont 12,5 millions en France.

“Identité nationale”

Cette équipe “témoigne de l’Histoire de la France et de son identité”, explique le sociologue. Une identité cosmopolite, mise à mal durant le quinquennat Sarkozy, ponctuées d’amalgames et de stigmatisations, mais aussi lors la campagne présidentielle, qui fut marquée par la porosité entre les idées frontistes xénophobes et celles de l’UMP !

Pour El Yamin Soum, cet évènement sportif est une bonne occasion de rappeler l’Histoire de la France. Si il y a eu des années sombres où notre pays a “trahi, avec la colonisation, sa devise fondatrice : ’Liberté, Egalité, Fraternité’”, elle a su aussi honorer ses valeurs : “Alger et Brazzaville étaient deux capitales de la France Libre”.

Et c’est cette France là, qui a fait de nous, ce que nous sommes aujourd’hui. “On est loin du noyau dur de l’Identité française que le Front National aimerait nous faire croire”, rajoute le sociologue. En période de crise, les discours de Marine Le Pen et les thèses d’extrême droite ont le vent en poupe dans toute l’Europe. Pour Vincent Geisser [2], sociologue marseillais, l’extrême droite “flatte les bas instincts du peuple” en cherchant des “ bouc-émissaires” responsables des maux du pays !

Grand-messe “ambivalente”

Si les grands événements sportifs rassemblent la nation, ils peuvent aussi être un facteur de division. “Lorsque les athlètes gagnent tout va bien, on va les encourager et se mettre derrière eux. Mais si ils perdent, si il y a la moindre défaillance… Les thèses racistes, ethniques, font leur réapparition”, martèle le sociologue. Des clivages à l’image de ceux de notre société, véhiculés par certains politiques adeptes du “diviser pour mieux régner”.

“Regardez ce qu’il s’est passé durant l’euro 2012 avec Nasri”. Le footballeur a écopé de trois matches de suspension pour son comportement durant l’euro 2012. “J’ai lu sur des forums que si il se comportait comme cela c’était parce que c’était ’une racaille’, qu’il faisait parti ’d’un clan musulman’. Ce qui est totalement faux ! Ce jeune a grandit dans un centre de formation !”, poursuit le sociologue, qui ne défend pas pour autant le joueur.

Le mot d’ordre de ces Jeux olympiques et de toutes les autres grand-messe sportives sera donc la “Fraternité” sous le drapeau tricolore. Cicéron a dit : “c’est dans l’adversité que se révèle les vrais amis”… Et certainement aussi, “une grande nation” !

[1] ElYamin Soum est sociologue, diplômé de sociologie, de relations internationales et d’études latino-américaines. Il a co-écrit avec [2]Vincent Geisser, sociologue et politologue, “Discriminer pour mieux régner”.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?